Jour : 23 février 2013

010ciegos-especial1Seis de la tarde, il est six heures du soir à Mexico.

Au bout de la calle del gante, tout près de l’avenida del 16 de setiembre, des passants s’agglutinent autour d’un groupe qui joue une musique des plus agréables.

Flâneur pour une ultime soirée sur la terre de Frida Kahlo, avec en poche quelques pesos et deux heures à tuer antes de comer una última comida mexicana, je m’approche tranquillement du lieu d’où monte la musique.

Continue reading →

 Trois heures de l’après midi, calle del correo à Queretaro, assis sur le renfoncement d’une boutique de sous vêtements féminins, un aveugle chante à tue tête : « Gracias a la vida »

L’homme est assis sur un seuil surélevé, le manche de sa vieille guitare portée haut vers le ciel, comme s’il offrait sa chanson à la lumière qui l’a fui.

Une boite de conserve accrochée à une ficelle élimée pend aux mécaniques de son instrument, sa casquette à petites carreaux noirs et blancs enfoncée jusqu’aux oreilles le protège des morsures du soleil. Singulière épreuve pour un aveugle de ne recevoir du soleil que la brulure dans cette rue fondante de lumière… Continue reading →

Le franc-maçon et le diableVous êtes l’auxiliaire et, à certains égards, le suppléant du père de famille ; parlez donc à son enfant comme vous voudriez que l’on parlât au vôtre ; avec force et autorité, toutes les fois qu’il s’agit d’une vérité incontestée, d’un précepte de la morale commune ; avec la plus grande réserve, dès que vous risquez d’effleurer un sentiment religieux dont vous n’êtes pas juge.

La circulaire d’instruction morale et civique de Jules Ferry ne passa pas comme une lettre à la poste, dans de nombreux territoires ruraux, comme à Auxillac où la commune avait d’ailleurs un évêque pour maire à l’époque de la construction de l’école laïque. Continue reading →

blanche Il y a toujours deux chemins pour se rendre d’un lieu à l’autre. Celui de l’aller et celui du retour.

Quel que soit le voyage que l’on ait fait ou la personne que l’on soit allée rencontrer, notre voyage change de sens tout naturellement, mais ici le sens du mot change puisqu’il peut aussi bien indiquer une direction qu’un ressenti. Continue reading →

Allée, artère, avenue, boulevard, chaussée, chemin, cul-de-sac, impasse, passage, promenade, ruelle, venelle, voie, sentier…
Ce ne sont pas les noms qui manquent pour parler de ma nature, et d’ailleurs qu’importe mon nom puisque d’autres le changent au gré de leurs caprices. Continue reading →

Parmi tous les personnages mythiques qui ont longtemps servi de bouc émissaire aux grand-mères pour monnayer notre sagesse, les bohémiennes ont toujours tenu une place de choix.

Ces femmes ont porté tant de poids, de plaies, de maléfices et de mythes dans nos campagnes, nourri tant de légendes, suscité tant de craintes, qu’elles occupent aujourd’hui une place de choix dans l’environnement affectif de notre enfance . Continue reading →