L’albaycin vu de l’Alhambra

Sur la colline de Sakiba, aux pieds de la sierra Nevada, l’Alhambra domine fièrement la ville de Granada.

Ici, au fil des générations, les hommes ont appris à vivre ensemble, en respectant leurs différences.

Au coucher du soleil, les murs de la citadelle des rois nasrides se pareront  de la couleur ambrée qui lui a donné son nom, les jardins du généralife s’enfonceront doucement dans la fraicheur de la nuit.

Face à l’Alcazaba, l’Albaycin avale la lumière dans ses murs immaculés.

A l’est, les gitanes du Sacromonte préparent leur robe d’apparat. C’est un beau jour d’Andalousie.

 

L’Alhambra ! l’Alhambra ! Palais que les génies
Ont doré comme un rêve et rempli d’harmonies.
Forteresse aux créneaux festonnés et croulants
Où l’on entend la nuit de magiques syllabes,
Quand la lune, à travers les mille arceaux arabes,
Sème les murs de trèfles blancs.

Victor Hugo, « Les orientales »

 

Comments are closed.