Mois : septembre 2015

premiere-couleur« Vous cesserez très vite, je le sais, d’être sensible à la magie des choses. »

Il est tout juste 14 heures 15, en ce premier octobre 1967, et Jacques Bernard Dupont, directeur général de l’ORTF, lance cette prophétie en même temps que la télévision en couleur sur la deuxième chaîne. Continue reading →

bleuetUne personne disparaît totalement le jour où l’on cesse de parler d’elle. Ce n’est pas la mort qui nous sépare des être chers, mais l’oubli.

Parler d’eux, c’est les faire vivre, leur donner toute la place qui fut la leur dans notre vie.

Vous avez envie de parler de quelqu’un, de raconter une histoire. Cette page est à vous.

Vous avez peut-être aussi écrit des poèmes, des nouvelles,des contes des légendes que vous avez envie de partager.

Envoyez vos textes et images à cette adresse, et nous les mettrons en ligne.


josetteC’est la tante de Pierre mon mari et la soeur de ma belle-mère Léontine Ygrié née Boissonnade. Elle était l’aînée de 13 enfants avait perdu sa maman en 1920 et avait élevé en partie ses frères et sœurs….Cliquez sur le lien pour lire la suite.

A mes tantes – Josette Ygrié 24 septembre 2015.


bernardMonsieur le Président de la république, Mr le Préfet et Madame la préfète,
Mesdames, Messieurs les conseiller généraux, départementaux, municipaux, mes chers administrés. Messieurs les journalistes de la presse écrite et télévisuelle….Cliquez sur le lien pour lire la suite.

LA VISITE d’AUXILLAC pièce politico burlesque par Bernard Granjean.


 

posteC’est arrivé dans les années soixante à Correjac.

Enfin, quand je dis que c’est arrivé, je ne suis pas tout à fait dans le bon ordre des choses ; disons que ça s’est passé ce soir là, mais que ça venait de bien plus loin parce que le canular du poste de radio avait été soigneusement préparé, et dans le plus grand secret. Continue reading →

trois-peres-webIl était fréquent dans les  campagnes que les garçons des familles nombreuses soient éduqués au séminaire et entrent ensuite dans les ordres.

Cette « coutume » a pris une ampleur toute particulière à Auxillac  dont le maire évêque a fait instruire de nombreux enfants lozériens.

Il y avait aussi au village deux ou trois religieuses qui  œuvraient dans ces contrées, notamment en Haute-Volta, mais il était plus rare de les rencontrer pour la bonne raison qu’elles ne venaient qu’épisodiquement visiter leur famille avant de s’en retourner sur le terrain ou de se retirer dans leurs congrégations respectives Continue reading →

celeste2Rencontrer quelqu’un, c’est vouloir le connaître, lui parler, partager un moment de sa vie. C’est en tout cas dans cet état d’esprit que j’ai frappé un jour à la porte de Céleste Albaret.

Je l’ai rencontrée pour la première fois  par une après-midi de Juillet 1974, elle  avait quatre-vingt trois ans et venait de publier avec Georges Belmont « Monsieur Proust.»

Il m’arrivait assez souvent de voir cette dame se promener le long du ruisseau avec sa sœur Marie, mais hormis les salutations polies que nous nous faisions à l’occasion de ces rencontres, je ne lui avais jamais adressé la parole. Continue reading →

justineIl faut une fois de plus vous obéir, prendre nos plumes et nos cahiers et s’appliquer à ne pas déborder les lignes qui tracent sur le blanc de l’innocence les sentiers de la connaissance.

Il y a six ans, pour votre centenaire, j’ai écrit ce petit abécédaire. 

Depuis, le temps s’est assoupi sous le pré-haut comme un enfant en manque de sommeil. L’enfant a grandi et le temps est venu où il est urgent de dire des choses, de les écrire, pour leur rendre leur part d’éternité. Continue reading →